REA Banner

Participation de S.E. Ambassadeur Josefa Sacko a la 58ème Assemblée Générale De l’Organisation Interafricaine Du Café

Dates: 
November 27, 2018

Participation de S.E. Ambassadeur Josefa Sacko a la 58ème Assemblée Générale De l’Organisation Interafricaine Du Café

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Participation de S.E. Ambassadeur Josefa Sacko a la 58ème Assemblée Générale De l’Organisation Interafricaine Du Café
Du 20 au 27 Novembre 2018, se sont tenues à Libreville/Gabon, les Assemblées Annuelles 2018 de l’Organisation Interafricaine du Café comprenant la 58ème assemblée générale, la 2ème Conférence Scientifique sur le Café et le 6eme Symposium du Café, sous la Présidence de l’Honorable Ministre Jean-Marie OGANDANGA, Ministre de l’ Economie, de la Prospective et la Planification du Développpement, représentant le Premier Ministre du Gabon.
Les Etats membres se sont planchés sur l’avenir du café africain avec comme thématique scientifique « la production durable du café en afrique dans le contexte du changement climatique, défis et opportunités pour la recherche, et le développement ».
C’est en présence des Etats membres de: Angola, Benin, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Gabon, Ghana, République de Guinée, Kenya, Nigeria, République Démocratique du Congo, Tanzanie, Togo et Ouganda que l’ Honorable Ministre Jean-Marie en compagnie de S.E. Amb. Josefa SACKO, a procédé à l’ouverture officielle et les travaux se sont poursuivis par: la Conférence Scientifique, les travaux des différents Comités Techniques, le Comité Directeur, le 6e Symposium du Café Africain et l’Assemblée Générale.
Lors de l’ouverture officielle, le lundi 26 Novembre 2018, S.E. Amb. Josefa SACKO, a transmis les salutations de S.E. MOUSSA FAKI MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union Africaine ainsi que ses souhaits de prompt rétablissement à son Excellence Ali Bongo Ondimba.
Par ailleurs, elle a fait savoir à l’assistance que le café est d’une importance capitale pour les économies africaines. « Il faut donc agir vite et juste afin, non seulement pour préserver les acquis, mais aussi, et surtout, relancer la filière et repositionner le café africain. Pour rester compétitif, l’innovation et la modernisation des techniques de production ne sont plus des options mais des impératifs » a– t-elle déclaré.
Un autre aspect qui a retenu l’ attention du public, c’est que la recherche sur le café dans de nombreux pays africains n’a pas reçu la priorité voulue. Les Instituts Nationaux de Recherche sur le café sont mal équipés pour faire face aux problèmes de défis actuels. C’est à ce titre précise-t-elle qu’« il est essentiel de renforcer les capacités des Instituts de Recherche et de s'attaquer aux autres problèmes pour accroître les rendements, améliorer la compétitivité et garantir la durabilité de la production du café en Afrique dans le contexte des changements climatiques ».
Pour la CUA, la réponse pour faire face aux Changements Climatique repose sur 2 axes essentiels : l’adaptation et l’atténuation de l`impact de ses chocs causés par les Changements Climatiques.
L’adaptation, appelle une urgence accrue dans la réduction des émissions du Carbone. D’ailleurs, a-t-elle déclaré « une des grandes ambitions de la COP24, sera sans doute, le lancement du fond d’Adaptation aux Changements Climatiques pour les Pays en voie de Développement. L’Adaptation pour l’Afrique passe dans le cadre de l`Initiative Africaine d’Adaptation en tant que mécanisme de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, de l’agenda 2063 de l`Union Africaine et des Objectives du Développement Durable.».
S’agissant de l’atténuation, la CUA appelle à une recherche agronomique capable de trouver des solutions pouvant passer par la sélection et la création de variétés plus résistantes aux chocs climatiques, aux parasites et aux maladies qui sont des véritables défis des changements climatiques, a-t-elle ajoutée.
Pour terminer S.E. Amb. Josefa SACKO a assuré les pays membres que les discussions sont en cours entre DREA et l’OIAC pour que le café soit reconnu comme commodité stratégique pour le développement de l’Agriculture en Afrique et que l’OIAC devienne une agence spécialisée de l’UA en matière du Café. Une proposition dans ce sens sera faite aux Ministres en Charge de l’Agriculture en Octobre 2019 et au sommet des Chefs, d’Etat et de Gouvernement en février 2020.
Invitée à modérer le Panel 4 : La Zone de Libre-É֤change du Continent Africain et ses implications sur la chaîne de valeur du café africain, S.E. Amb. Josefa SACKO, a encouragé les Etats membres à porter un regard particulier sur les barrières tarifaires et la compétitivité de manière à rendre la ZLEC plus favorable au secteur caféier.
La 58ème Assemblée Générale a approuvé et adopté les recommandations faites par le Comité Directeur dont l’approbation du Budget 2018/19 et l’adoption de la Déclaration de Libreville 2018.
Le Kenya et le Ghana ont été élus respectivement Président et Vice-Président de l’OIAC dans la période 2018/2019, c’est ainsi que les prochaines réunions annuelles auront lieu à Nairobi, Kenya du 25 au 29 Novembre 2019.

Pour plus d’informations, prière de contacter
Mr. Agostinho Chicaia
Assistant Spécial de la Commissaire
Département de l’Economie Rurale et agriculture
ChicaiaA@africa-union.org