Allocation préparée pour Son Excellence Prof Victor Harison Commissaire des Affaires Economiques au sixième Forum des Affaires Afrique-UE

November 24, 2017

Sixième Forum des Affaires Afrique-UE
Thème : Entreprenariat jeune et emplois de qualité

Abidjan, Côte d’Ivoire
27 Novembre 2017

Allocation préparée pour
Son Excellence Prof Victor Harison
Commissaire des Affaires Economiques

Excellences ;
Distingués représentants des organisations internationales ;
Distingués représentants du secteur privé,
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais saisir cette occasion pour remercier le Gouvernement et le peuple de la côte d’Ivoire pour avoir accepté d’accueillir ce sixième Forum des affaires Afrique-UE dans cette belle ville d’Abidjan.
Je voudrais également remercier tous les organisateurs de cet évènement qui, au fil des années, est devenu la plateforme de collaboration dédiée à la formulation de solutions idoines pour exploiter les opportunités de développement de l’Afrique à travers un engagement stratégique avec les secteurs privés africains et européens.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Nous voici à une période charnière pour l’Afrique qui est en train de vivre une transformation économique politique et sociale.
L’immense potentiel de ce continent est devenu tangible et conduira à de nouveaux progrès dans les années à venir en raison de l’augmentation de la demande intérieure, principalement portée par la classe moyenne émergente, l’amélioration du climat des affaires, l’assainissement de la gestion macroéconomique, l’investissement public et le renforcement des liens commerciaux avec les économies émergentes.
Néanmoins, l’Afrique se trouve confrontée à des opportunités et des nombreux défis.
Ces défis comprennent notamment la faiblesse de la diversification économique et de l’inclusivité de la croissance, l’impact du changement climatique et, plus significativement, la croissance démographique rapide.
Ce forum offre donc une opportunité d’examiner ces défis et de discuter des solutions possibles pour soutenir une croissance de qualité et la création d’emplois à travers l’entrepreneuriat en Afrique. A ce moment critique, il est plus important que jamais de favoriser une croissance à base élargie inclusive, et durable.
Comme ce forum nous permet d’étudier l’environnement des affaires et d’explorer les avantages que crée la transformation socio-économique du continent, ensemble nous cherchons à transformer les contraintes en opportunités commerciales.
Aux investisseurs ici présents, je voudrai vous dire : l’Afrique, c’est à la fois le présent et le futur, alors pourquoi hésiter à y investir.
En effet :
Primo, les perspectives macroéconomiques de l’Afrique demeurent favorables et la gouvernance démocratique et économique s’est améliorée depuis les années 2000.
Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a affiché un taux de croissance moyen de 4-5%, malgré une récession mondiale. En dépit du ralentissement enregistré depuis 2014, il est prévu que la croissance du continent pourrait atteindre 2,6% en 2017 et 4,3% en 2018.
Du côté de la gouvernance, l’instauration de la démocratie a réduit la marge de manœuvre de certains gouvernements à s’engager dans des conflits armés. Depuis 2016, il y en a moins qu’en 2000, et ils sont beaucoup moins mortels.
En matière de gouvernance économique, les initiatives encourageantes visant à élargir l’assiette fiscale des pays et à lutter contre les flux financiers illicites ont permis d’accroitre la transparence dans les industries extractives entre autres.
Secundo, l’environnement des affaires et le climat d’investissement s’améliorent significativement. En voici quelques exemples, en prenant quelques critères du Doing Business, la simplification des procédures de création d’entreprise a été au cœur des priorités de l’Afrique. En 2003, créer une entreprise en Afrique, prenait en moyenne 61 jours ; aujourd’hui, les délais sont passés à 24 jours, à peine plus que la moyenne mondiale (24 jours). Le Kenya a ainsi réduit de plus de la moitié ces délais, de 60 jours en 2003 à 25 seulement.
Sur le plan de l’exécution des contrats, le Rwanda est parvenu à ramener la durée de résolution d’un litige commercial de 395 jours à 230 jours aujourd’hui. Pour ce qui est du règlement de l’insolvabilité, la Zambie a porté le taux de recouvrement de 17 cents pour un dollar en 2003 à 48 cents pour un dollar actuellement.
En conséquence, l’Afrique attire plus d’investissements des économies avancées et émergentes avec un record de 100 milliards $ US attendus cette année. Grâce à ces réformes de l’environnement des affaires couplées au taux de rendement élevé des investissements, le continent est désormais perçu comme « la nouvelle destination ».
Tertio, le continent doit continuer a progresser dans le développement des compétences en vue de renforcer les capacités des entrepreneurs. La tâche consiste à construire des systèmes éducatifs capables de répondre aux besoins du développement et de l’industrie entre autres, afin de préparer les entrepreneurs à la révolution industrielle africaine. La collaboration avec le secteur privé dans le développement d’une formation technique et professionnelle nous permettra d’avoir une main d’œuvre qualifiée capable de stimuler la productivité et la compétitivité africaine.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
En reconnaissant que la croissance de l’Afrique n’a pas été suffisamment inclusive et diversifiée, nous sommes tous conscients du besoin de réformes structurelles dans des domaines critiques tels que l’éducation, les filets sociaux, l’inclusion financière, les infrastructures et l’énergie.
Les défis de la transformation structurelle représentent donc d’énormes opportunités pour l’entrepreneuriat et la création d’emplois dans un continent où beaucoup reste à faire.
Dans ce contexte, quel est le rôle de la Commission de l’Union Africaine?
Pour promouvoir une croissance inclusive et durable, la Commission de l’Union Africaine a élaboré et œuvré à l’adoption de l’Agenda 2063. L’Agenda 2063 est une vision prospective qui projette l’Afrique au cours des cinq prochaines décennies en le considérant comme « un continent prospère base sur une croissance inclusive et un développement durable ; un continent en paix avec lui-même et jouant un rôle actif sur la scène continentale et mondiale ».

Dans ce contexte, la Commission place l’entrepreneuriat et la création d’emplois pour les jeunes et les femmes au centre de son programme de transformation du continent. Cela se justifie par le rôle catalytique attribué au secteur privé en tant que moteur de croissance inclusive et de création d’emplois décents.
Par ailleurs, le secteur privé est invité à contribuer au développement des systèmes de formation davantage axés sur la demande dans des secteurs à fort potentiel tels que l’agriculture et l’industrialisation.

Excellences, Mesdames et Messieurs,
Je suis convaincu que les dirigeants d’entreprises et les décideurs politiques africains et européens présents à ce forum proposeront de nouvelles options stratégiques pour créer un environnement propice à l’entrepreneuriat des jeunes en vue de la création d’emplois de qualité en Afrique.
Les entrepreneurs présents dans cette salle doivent se rendre compte que les entreprises sont bénéficiaires d’une société plus inclusive parce que l’inclusion favorise une croissance plus durable et une prospérité plus large. Par conséquent, ensemble, chers investisseurs, nous allons changer les défis actuels en opportunités d’affaires.
Comme il s’agit d’un Forum d’Affaires, j’espère que des relations d’affaires seront nouées à l’issue de ce Forum.
Sur ce, je vous remercie de votre aimable attention.

AUC Commissioners: