Economic Affairs

ALLOCUTION DU DR. RENE KOUASSI N’GUETTIA DIRECTEUR DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES COMMISSION UNION AFRICAINE

November 29, 2016

ALLOCUTION

DU DR. RENE KOUASSI N’GUETTIA

DIRECTEUR DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES

COMMISSION UNION AFRICAINE

 

 

10ème réunion du  Comité des Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique (CoDGs) et de la cinquième Commission Statistique pour l’Afrique (STATCOM)

Grand Bassam, Côte d’Ivoire 

 29 novembre -2 Décembre 2016

 

 

 

30 Novembre 2016


 

 

  • Excellence Madame la Ministre du Plan et du Développement de la République de Côte d’Ivoire,
  • Monsieur le préfet de la région du Sud Comoé,
  • Monsieur le Maire de la commune de Grand-Bassam,
  • Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l’Institut National de la Statistique,
  • Monsieur le Directeur du département Statistique de la BAD,
  • Monsieur le Représentant du Centre Africain des Statistiques de la CEA,
  • Messieurs les Chefs coutumiers,
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de statistique de vos pays respectifs,
  • Mesdames et Messieurs les représentant des organisations partenaires,
  • Honorables invités,
  • Mesdames et Messieurs,

 

C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole à l’occasion de l’ouverture de la 10ème réunion du Comité des Directeurs Généraux des Statistiques (CoDGs) et de la 5ème réunion de la Commission Statistique pour l’Afrique (STATCOM), pour partager avec vous le message de la hiérarchie de la Commission de l’Union Africaine.

 

  • Au nom du Dr NKosazana Dlamini ZUMA, présidente de la Commission de l’Union Africaine, je voudrais exprimer nos sincères et fraternels remerciements ainsi que notre profonde gratitude aux autorités de la République de Côte d’Ivoire, avec à leur tête, le Président de la république, son Excellence Alassane OUATTARA pour le chaleureux accueil et les excellentes conditions de travail mises à notre disposition pour le succès de nos travaux. Ce soutien est une preuve tangible et renouvelée de l’engagement constant de la Côte d’Ivoire à la cause du développement de notre continent que l’Union Africaine incarne à travers ‟l’Agenda 2063 : l’Afrique que nous voulons”. Une des manifestations les plus visibles de la volonté du Président de la république à accompagner l’Union africaine dans ses efforts quotidiens pour relever les défis majeurs auxquels l’Afrique fait face aujourd’hui, réside dans la contribution de la Côte d’Ivoire au renforcement de la résilience financière de l’Union d’une part, et d’autre part, dans l’accueil du Centre Panafricain de formation en statistique dans l’espace opérationnel de l’Institut National Polytechnique FHB de Yamoussoukro qui a entamé sa phase d’opérationnalisation au mois d’octobre dernier.

 

  • Nos remerciements vont également à vous Madame NIALE KABA, Ministre du Plan et du développement pour votre présence parmi nous à l’occasion de notre réunion conjointe avec la CEA. Cette présence constitue, pour nous, une preuve additionnelle de l’intérêt grandissant que la Côte d’Ivoire affiche dans la promotion des statistiques en Afrique. Votre présence nous honore et nous rassure quant au renforcement et à la pérennité du soutien de la Côte d’Ivoire à la promotion des statistiques africaines en général, et à l’épanouissement du centre Panafricain de formation en statistique en particulier. 

 

 

  • De même, nous voudrions remercier du fond du cœur les Autorités politiques, Administratives et Coutumières de la région du Sud Comoé pour l’accueil chaleureux et fraternel, exprimé dans la pure tradition africaine, dont ont bénéficié toutes les délégations de notre réunion de ce jour. L’excellent cadre de vie de la ville de Grand Bassam ainsi que ses infrastructures touristiques de rêve sont des atouts additionnels pour le succès de nos travaux.

 

  • Nos remerciements vont ensuite aux organisations partenaires ici présentes pour leur soutien continu à la promotion des statistiques en Afrique. C’est le cas particulièrement de la CEA, la BAD, le PNUD, AFRISTAT, Eurostat, Paris21, l’INSEE, l’IRD/DIAL, Expertise France, le Centre de développement de l’OCDE et ATAF. Ce partenariat qui s’est enrichi et diversifié nous a permis de faire un bon qualitatif dans le processus du développement des statistiques en Afrique.

 

  • Enfin, nos remerciements s’adressent aux Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique pour l’immensité de l’effort qu’ils ne cessent de déployer quotidiennement sur le terrain pour aider l’Afrique à rattraper son retard en matière de statistiques.

 

 

  • Madame la Ministre,
  • Honorables invités,
  • Mesdames et Messieurs,

 

 

Le thème autour duquel va s’articuler la 10ème du CoDGs et la 5ème réunion de StatCom s’intitule « Renforcer les statistiques économiques au service de l’Agenda 2063 et du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ».

 

Comme vous le savez l’Afrique a adopté son propre agenda de développement connu sous le nom ‟l’Agenda 2063 : l’Afrique que nous voulons” pour soustraire ses nombreuses populations à la pauvreté et à la misère. Cet Agenda qui porte sur un horizon temporel de 50 ans s’est vu accompagner d’un Plan d’Action Décennal de mis en œuvre qui comporte 12 programmes phares dont la traduction dans les faits positionnera solidement l’Afrique sur les sentiers de la croissance forte et inclusive, et du développement durable.

 

Parallèlement les Nations Unies ont adopté l’Agenda 2030 qui, en fait, est un Agenda universel pour l’humanité tout entière. Chaque pays, qu’il soit riche ou pauvre, a sa part de responsabilité dans l’accomplissement de l’Agenda 2030. La coexistence de ces deux Agendas dans le même espace de mis en œuvre suscite, en Afrique, tout de même quelques inquiétudes. Cette coexistence va-t-elle être pacifique ? Va-t-elle être conflictuelle ? L’Agenda 2030 va-t-il se substituer à l’Agenda 2063 ? Ou bien l’Agenda 2063 va-t-il phagocyter l’Agenda 2030 ? Autant de questions que l’on se pose et auxquelles des réponses claires méritent d’être apportées.

 

Pour la Commission de l’Union africaine ces deux Agendas se complètent mutuellement. Plus particulièrement l’Agenda 2063, par l’entremise de son Premier Plan d’Action Décennal, constitue une locomotive pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030. L’Agenda 2063 couvrant tous les piliers de l’Agenda 2030, sa mise en œuvre signifie la mise en œuvre de l’Agenda des Nations Unies.

 

Dans cette perspective la Commission de l’Union Africaine, en étroite coopération avec les Institutions partenaires, a conduit des travaux  pour parvenir à l’alignement de ces deux agendas afin d’en faciliter la mise en œuvre et le suivi. Ainsi des indicateurs communs ont été identifiés, validés et diffusés auprès de tous les acteurs chargés de la mise en œuvre de ces deux agendas.

 

  • Excellence Madame la Ministre,
  • Honorables invités,
  • Mesdames et Messieurs,

 

L’objectif essentiel de notre réunion de ce jour est d’examiner l’état de la production des statistiques économiques en Afrique, les difficultés qui s’y rattachent, et de faire le point des actions entreprises sur le continent pour répondre aux besoins des statistiques officielles de l’Agenda 2063/2030 en terme de :

 

  • Harmonisation et comparabilité des processus de production ;
  • Suivi des résolutions et recommandations de la réunion des CoDGs tenue à Libreville l’année dernière.

 

Nous voudrions rappeler que les recommandations de la réunion des CoDGs tenue l’année dernière ont eu un écho favorable auprès des organes de décisions de l’Union Africaine. Dans cette dynamique, les avancées suivantes ont été observées :

  • Une résolution sur le financement de la Statistique, adoptée par les Ministres des Finances en Mars 2016 consacre 0,15% des budgets nationaux à la promotion de l’activité statistique ;
  • La révision de la SHaSA pour tenir compte de l’agenda 2063/2030 et des autres sujets émergents est en cours avec le soutien financier de la BAD. Les consultants recrutés pour cet exercice présenteront le projet  de la version révisée à l’occasion de la présente réunion pour examen et adoption ;
  • Le processus d’opérationnalisation de l’Institut Panafricain de Statistique de Tunis (STATAFRIC) et du Centre Panafricain de Formation en Statistique de Yamoussoukro est en cours. Les accords de siège des deux Institutions sont en cours de négociation avec les pays hôtes dans l’objectif de leur signature d’ici la fin de l’année 2016. Le Centre de formation Statistique de Yamoussoukro a même été inauguré avec deux cours de formation dispensés en partenariat avec le BIT et Eurostat ;
  • L’harmonisation des statistiques sur les recettes fiscales en partenariat avec le Centre de développement de l’OCDE s’exécute avec un relatif succès.

 

  • Honorables invités,
  • Mesdames et Messieurs,

L’année 2017, selon nous, sera une année charnière dans le processus de production des statistiques en Afrique. Car elle sera l’année où les deux Institutions, à savoir le Centre de formation statistique de Yamoussoukro et l’Institut Panafricain de la Statistique prendront effectivement leur envol.

Toutes les mesures seront prises. Toutes les ressources seront mobilisées pour permettre à ces deux Institutions, piliers essentiels dans le système statistique africain, d’atteindre leur vitesse de croisière et de contribuer significativement à l’amélioration de la capacité en ressources humaines, et à l’harmonisation des statistiques africaines.

Dans cet élan, la Commission de l’Union Africaine voudrait compter sur une coopération riche, efficace, dynamique et fructueuse avec toutes les institutions partenaires. Car l’activité statistique est extrêmement immense. Aucune Institution, aucun acteur, pris isolément ne peut y faire face. « Comme le dirait l’autre, les Statistiques, c’est comme un baobab : Personne ne peut l’embrasser seul. »

C’est pourquoi la Commission de l’Union Africaine voudrait encore une fois saluer le partenariat avec les autres institutions et voudrait inviter celles-ci à renforcer leur coopération en l’alimentant davantage dans le temps.

La Commission pour sa part ne ménagera aucun effort de jouer le rôle qui est le sien, et pour tout mettre en œuvre pour que le soutien reçu des autres institutions ainsi que des autres acteurs produise tout l’effet attendu.

Plein succès à nos travaux,

Merci de votre aimable attention.