IE Banner

ALLOCUTION DE MONSIEUR AROUNA MODIBO TOURE MINISTRE DE L'ECONOMIE NUMERIQUE ET DE LA COMMUNICATION DE LA REPUBLIQUE DU MALI A L’OCCASION DE LA 2ème REUNION ORDINAIRE DU COMITE TECHNIQUE SPECIALISE DE L’UNION AFRICAINE SUR LA COMMUNICATION ET LES TIC

November 23, 2017

Madame la Commissaire à l’Energie et aux Infrastructures de l’Union Africaine :
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Mesdames et Messieurs les représentants des institutions ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Représentants du corps diplomatique et des organisations internationales accrédités en Ethiopie ;
Honorables Délégués ;
Mesdames et Messieurs les Experts ;
Distingués invités ;
Chers participants ;
Mesdames et Messieurs.

C’est un immense honneur et un agréable privilège pour moi de m’adresser à cette auguste assemblée pour la deuxième réunion ordinaire du Comité Technique Spécialisé de l’Union Africaine sur la communication et les Technologies de l’Information et de la Communication.

Mesdames et Messieurs,
Distingués Invités,

Il y a deux ans de cela, le Mali prenait les rênes de la présidence tournante du Comité Technique Spécialisé de l’union africaine sur la Communication et les TIC (CTS-CTIC) avec 3 vices présidents : la Tanzanie (région Afrique de l’Est), le Gabon (région Afrique centrale), l’Algérie (région Afrique du Nord) et comme rapporteur l’Afrique du Sud (région Afrique austral).
Le mandat que vous nous aviez confié, touche à sa fin. Qu’il me soit permis de remercier les pays amis et frères de l’Union Africaine de cette marque de confiance qui nous a particulièrement touché mes collègues et moi-même et exprimer toute notre gratitude à tous ceux et celles qui, à nos côtés, ont partagé cette lourde responsabilité.
Mesdames et Messieurs,
Distingués Invités,
En 2000 la rencontre préparatoire pour l'Afrique du Sommet Mondial sur la Société de l'information (SMSI) se tenait à Bamako en vue d'élaborer une vision commune de notre continent sur l'environnement des TIC.
Depuis, le monde a subi des changements profonds dus en partie aux progrès rapides des TIC qui ont affecté aujourd’hui nos vies, nos sociétés et nos nations. Elles se sont infiltrées jusque dans notre façon d’interagir les uns avec les autres.
Chaque pays gère tant bien que mal ces phénomènes mais, comme vous le savez, l’effet de la mondialisation et le développement fulgurant des TIC, bien qu’ouvrant des opportunités nouvelles, comporte aussi un certain nombre de risques.
En conséquence, la gouvernance de l’Internet nous interpelle tous dès lors qu’elle est au cœur d’enjeux économiques, politiques et géopolitiques au niveau mondial.

C’est pourquoi il devient impératif que l’Afrique s’implique en participant de façon active à la dynamique de la gouvernance de l’Internet, de la cyber sécurité et de la cybercriminalité.

Nos Etats doivent avoir une vision intégrée pour mieux tirer profit des TIC. Ils doivent avoir une participation plus proactive aux réunions sur la Gouvernance d’Internet et la cyber sécurité.

Mesdames et Messieurs,
Distingués Invités,

L’an 2017 marque l'aboutissement de deux années de travail et de réalisations. Il me parait légitime, en cette fin de mandat de rappeler entre autre des résultats encourageants qui méritent d’être consolidés :
- l’adoption du Plan d’Actions pour la mise en œuvre des déclarations et décisions sur les Communications et les Technologies de l’Information (CIT) ;
- la mise en place des organes de gestion pour la durabilité du projet panafricain des services en ligne (PAeN);
- l’état des lieux et le mode de financement du PAeN avec les coûts y afférants pour les différents Etats ;
- la tenue de la session extraordinaire du CTS-CTIC à Bamako sur la gouvernance d’internet et la cyber sécurité ;
- l’appropriation du nom de domaine de l’Afrique (le point Afrique) ( Dot Africa ) par l’Afrique;
- l’augmentation du nombre de points d’échanges en Afrique (Projet Africain de Point d’échange d’Internet (AXIS) entre autre.
En plus de la consolidation de ces résultats nous devrions dans la perspective de capitalisation de nos acquis réfléchir et traiter avec la célérité requise les questions de financements des projets TIC et de leur mise en œuvre effective pour maximiser leur impact.

Mesdames Messieurs
Distingués invités

Je ne saurais conclure sans remercier le bureau sortant pour les efforts consentis et le travail accompli. . L’attention du bureau qui sera mis en place portera sur les grandes questions de notre continent à savoir : l’intégration des réseaux africains pour la large bande au niveau de tous les Etats pour plus de services pour nos populations, la Gouvernance d’Internet, la cyber sécurité et le partage des dividendes du numérique.

Je remercie également les experts des pays ici représentés pour leur mobilisation dans la préparation de la rencontre. Ce qui a permis de mettre à la disposition de la réunion des ministres des documents de grandes qualités.

Enfin j’adresse ma plus grande reconnaissance et ma profonde gratitude à la Commission de l’Union Africaine dont l’accompagnement contribuera à nos Etats d’avoir une vision intégrée des questions relatives aux Technologies de l’Information et de la Communication.

Conformément au programme de travail de la présente session, des stratégies et plans d’action sur les projets et programmes seront soumis à votre appréciation.
Je ne doute pas que ces stratégies et plans feront l’objet d’un examen attentif de votre part et que vos recommandations baliseront de manière féconde les pistes de développement des TIC dans nos pays.

Vive l’Union Africaine et Merci de votre aimable attention.

Sur ces mots, je déclare ouverte la réunion des ministres de la deuxième session ordinaire du Comité Technique Spécialisé de l’Union Africaine sur la communication et les TIC.

Je vous remercie