Une Afrique Unie et Forte

Top Banner Slides

Aperçu des réformes institutionnelles

Contexte

En 2016, les dirigeants africains ont décidé que des réformes institutionnelles de l'Union africaine (UA) s’avéraient urgentes et nécessaires, étant donné le rôle que l'UA est censée jouer dans la réalisation de la vision de l'Agenda 2063 de l'Afrique, à savoir une croissance économique et un développement inclusifs.

Le Président du Rwanda, S. E. M. Paul Kagame, a été mandaté par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union, en juillet 2016, pour conduire le processus. Pour l’assister dans le processus, le Président Kagame a mis sur pied une équipe consultative panafricaine composée des membres suivants:

  • Mme Cristina Duarte (ancienne ministre des Finances, Cap-Vert);
  • Dr Donald Kaberuka (ancien président, Banque africaine de développement);
  • Dr Acha Leke (Associé principal, McKinsey & Company);
  • Dr Carlos Lopes (Ancien Secrétaire exécutif, Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique);
  • M. Strive Masiywa (Fondateur, ECONET Wireless);
  • M. Tito Mboweni (Ancien Gouverneur, South African Reserve Bank);
  • Mme Amina Mohammed (Ministre de l'Environnement, Nigéria);
  • Mme Mariam Mahamat Nour (Ministre de l'Economie et de la Coopération internationale, Tchad);
  • Dr Vera Songwe (Directrice régionale pour l'Afrique centrale et de l'Ouest, Société financière internationale).

Diverses études et analyses entreprises sur l'UA ont montré que cette organisation fait face à plusieurs défis majeurs:

  • l'UA est très fragmentée et compte trop de domaines d'intervention;
  • la structure complexe de l'UA et ses capacités de gestion limitées conduisent à des méthodes de travail inefficaces, à de mauvaises prises de décisions et à un manque de responsabilisation;
  • l'UA n'est ni financièrement indépendante ni autonome, comptant plutôt sur l’apport des partenaires pour une grande partie de son financement;
  • la coordination entre l'UA et les CER est imparfaite.

À la suite d'un examen des études ainsi que des consultations avec les États membres et diverses parties prenantes, l'équipe consultative sur les réformes a conclu que, pour réaliser les ambitions de l'Agenda 2063 et assurer une mise en œuvre efficace et effective de ses missions, l'UA doit se repositionner et s'assurer qu'elle dispose des capacités institutionnelles nécessaires compte tenu de l'évolution des besoins économiques, politiques et sociaux du continent.

Les conclusions de ces consultations ont permis d’identifier cinq domaines prioritaires d'intervention pour la transformation de l'Union, nécessitant par conséquent des mesures urgentes, à savoir

  • l'UA doit se focaliser sur moins de domaines prioritaires de portée continentale ;
  • il s’est avéré nécessaire de revoir la structure et les activités de l'UA et d'assurer la réorganisation institutionnelle pour une meilleure prestation des services ;
  • l'UA doit être en phase avec les citoyens africains ;
  • l'UA doit devenir efficace et efficiente au plan opérationnel dans l'accomplissement de ses missions ;
  • l'UA doit identifier et mettre en œuvre un financement durable pour ses programmes et réduire la dépendance excessive vis-à-vis des partenaires au développement.

Afin d'assurer la mise en œuvre des recommandations relatives à ces réformes institutionnelles, il a été proposé que l'UA mette en place des mécanismes de supervision de haut niveau concernant le processus de réforme, qu'elle crée une Unité au sein de la Commission chargée de piloter la mise en œuvre de ces réformes et qu'elle mette au point un mécanisme contraignant pour en assurer la mise en œuvre.

En septembre 2017, la Commission de l'Union africaine (CUA) a désigné le professeur Pierre Moukoko Mbonjo et Mme Ciru Mwaura respectivement chef et chef adjointe de l'Unité des réformes institutionnelles nouvellement créée et chargée de mettre en œuvre les activités quotidiennes à mener sur le processus de réforme.
Avant sa désignation, M. Mbonjo a occupé divers postes ministériels au sein du Gouvernement de la République du Cameroun. Il a été Ministre des Relations extérieures de 2011 à 2015, Ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement de 2004 à 2006 et Directeur de cabinet du Premier Ministre du Cameroun de 1996 à 2004.

Mme Ciru Mwaura a été Directrice de cabinet du Haut Représentant de l'Union africaine pour le financement de l'Union et du Fonds pour la paix et a également été conseillère principale auprès de diverses organisations, dont l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et le Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni.

Structure

Chef d’Unité

Prof. Pierre Moukoko Mbonjo, Cameroun

Chef d'unité adjointe

Mme Ciru Mwaura, Kenya.