Communiqué sur la tournée du Président de la Commission de l’Union africaine en Afrique de l’Ouest

Dates: 
June 06, 2018

Communiqué sur la tournée du Président de la Commission de l’Union africaine en Afrique de l’Ouest

Addis Abéba, le 6 juin 2018: Le Président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a effectué, du 27 au 31 mai 2018, une tournée en Afrique de l’Ouest, qui l’a conduit successivement au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire. Il a été reçu par les Présidents Faure Gnassingbé, à Lomé, le 28 mai ; Nana Dankwa Akufo-Addo, à Accra, le 30 mai; et Alassane Ouattara, à Abidjan, le 31 mai 2018. Cette tournée s’inscrit dans le cadre de ses interactions régulières avec les chefs d’État et de Gouvernement des États membres sur les questions liées à la mise en œuvre de l’agenda continental.

L’évolution du processus d’intégration sur le continent a figuré en bonne place des discussions avec les trois chefs d’État. Le Président de la Commission s’est félicité de la signature par le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire de l’Accord sur la Zone continentale africaine de libre-échange et du Protocole sur la libre circulation des personnes et le passeport africain, lors du Sommet extraordinaire tenu à Kigali, le 21 mars 2018. Il a félicité le Ghana pour avoir été, avec le Kenya, l’un des deux premiers États membres à déposer son instrument de ratification de l’Accord sur la Zone de libre-échange. Les Présidents Faure Gnassingbe et Alassane Ouattara ont réaffirmé l’engagement de longue date de leurs pays respectifs en faveur de l’intégration africaine et informé le Président de la Commission des mesures en cours en vue de la ratification de l’Accord sur la Zone de libre-échange. Le processus de ratification du Protocole sur la libre circulation des personnes a déjà été engagé au Ghana.

Le Président de la Commission a évoqué un autre aspect des efforts d’intégration, lié celui-là au Marché unique sur le transport aérien en Afrique, lancé lors du Sommet de janvier 2018. Le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire sont membres du Marché unique, dont la mise en place effective se traduira par une multiplication des itinéraires et une plus grande compétitivité tarifaire, avec un impact positif sur le tourisme, l’investissement et le commerce.

Le Président de la Commission a remercié le Président Faure Gnassingbé d’avoir accepté d’être le Champion de cette initiative, et a convenu avec lui et d’autres parties prenantes des actions à prendre en appui à la mise en œuvre de son mandat. Il convient de noter que le Président de la Commission a aussi participé, à Lomé, à la 4ème réunion du Groupe ministériel sur le Marché unique sur le transport aérien en Afrique, organisée par la Commission et le Gouvernement de la République togolaise. Lors de cette réunion, nombre de mesures ont été convenues, notamment la dissémination du cadre réglementaire et institutionnel pour la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro; la mise en place d’un groupe d’experts juristes pour finaliser les Directives intérimaires sur le règlement des différends; et la signature par des États parties au Marché unique du Protocole d’accord sur la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro.

Les échanges de vues avec les Présidents Faure Gnassingbé, Akufo-Addo et Ouattara ont aussi porté sur les négociations à venir sur les arrangements qui succéderont à l’Accord de partenariat de Cotonou de juin 2000 entre le Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne (UE), dans le contexte de la Position commune adoptée par le Conseil exécutif de l’UA, en mars 2018, à Kigali.

Le Président de la Commission a, par ailleurs, abordé les questions liées à la paix et à la sécurité dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Il a rendu hommage aux chefs d’Etat rencontrés pour leur engagement, qu’atteste le dynamisme de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans la promotion de la paix et de la sécurité. Dans ce contexte, il réitéré le soutien de l’UA aux efforts que déploient les Présidents Akuffo-Addo et Alpha Condé pour permettre aux acteurs politiques togolais de trouver une solution consensuelle à la situation qui prévaut dans leur pays. Le Président Faure Gnassingbé l’a informé de l’évolution de la situation et assuré de sa détermination à jouer pleinement le rôle qui lui revient dans la recherche d’une sortie de crise.

S’agissant de la situation en Guinée-Bissau, le Président de la Commission a exprimé au Président Faure Gnassingbé, en sa qualité de Président en exercice de la CEDEAO, sa satisfaction face aux développements positifs récemment intervenus dans ce pays. L’UA a activement soutenu les efforts de la région, y compris en entérinant, à travers son Conseil de paix et de sécurité, les sanctions imposées par la CEDEAO. De même, la menace que fait peser le terrorisme sur la sécurité régionale, notamment dans la bande sahélienne, a été abordée. Le Président Akufo-Addo et le Président de la Commission ont souligné la nécessité de tirer pleinement profit de l’expertise d’institutions tel que le Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix, pour renforcer la capacité de l’Afrique à relever le défi de la paix et de la sécurité. La défense des positions africaines au Conseil de sécurité des Nations unies, y compris la question du financement pérenne et prévisible des opérations de soutien à la paix entreprises par l’UA, a également été discutée avec le Président Ouattara, ayant en vue l’appartenance de la Côte d’Ivoire au Conseil, dont il assurera la présidence en décembre 2018.

Le Président de la Commission a informé ses interlocuteurs de l’état de mise en œuvre de la réforme institutionnelle de l’UA, telle que convenue lors du Sommet ordinaire d’Addis Abéba de janvier 2017. Il a indiqué que le Sommet de Nouakchott de juillet 2018 sera l’occasion de poser de nouveaux jalons à cet égard et de conforter le consensus africain sur la question, mentionnant, à cet égard, la rencontre à Addis Abéba, du 26 mai 2018, du Groupe des Quinze Ministres des Affaires étrangères mis en place par le Sommet de janvier 2018 pour accompagner le processus de réforme. Il a remercié les trois chefs d’État pour leur appui à la réforme, y compris en ce qui concerne la réalisation de l’autonomie financière de l’Union. Il est à noter que la Côte d’Ivoire et le Ghana appliquent déjà la taxe de 0,2% sur les importations éligibles, comme convenu à Kigali, en juillet 2016.

Lors de leur entretien, le Président Ouattara et le Président de la Commission ont discuté de la mise en œuvre de l’Agenda 2063. Le Président Ouattara est le Champion désigné par ses pairs pour suivre cette question. Il s’est agi d’examiner les voies et moyens les meilleurs pour assurer une vulgarisation plus effective de l’Agenda 2063 et sa plus grande appropriation par les Gouvernements et citoyens africains, et ce en appui à l’action du Comité ministériel mis en place à cet effet.

Le Président de la Commission a aussi évoqué les questions liées à l’égalité des genres et à l’émancipation des femmes. À cet égard, il a remercié le Président Akufo-Addo pour son action dans ce domaine, en sa qualité de Champion.

Enfin, le Président de la Commission a informé ses interlocuteurs des préparatifs en cours pour la bonne tenue du Sommet de Nouakchott et échangé avec eux sur les questions qui devraient dominer les travaux du Sommet.